cupe_nb_eng_1.jpg
Vote de grève logo.png
56811516_2594770140553086_8207667951306801152_n.jpg

Comme vous l'avez peut-être déjà entendu aux nouvelles, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a envoyé un ultimatum de 100 jours au premier ministre Blaine Higgs pour qu'il s'engage à négocier de bonne foi avec les travailleurs du secteur public. Sans un engagement clair du gouvernement progressiste-conservateur pour régler la crise de rétention et de recrutement qui sévit dans le service public, le SCFP s’est engagé à déclencher un vote de grève pour plus de 22 000 travailleurs à compter de la fête de Travail. Après une semaine de négociation centralisée avec le gouvernement, nous avons été déçus de voir que Blaine Higgs s’obstine à offrir une offre dérisoire qui avait déjà été refusée par nos membres. C’est pourquoi, nous n’avons d’autre choix que de déclencher le processus de grève avec un vote de grève qui aura lieu entre 7 et le 11 septembre.

APPUYER LA GRÈVE

S'INFORMER SUR L'ENJEU

 

LE COMBAT POUR L'AVENIR DU NOUVEAU-BRUNSWICK

Depuis plus d'une décennie, les gouvernements provinciaux successifs ont imposé des mandats de restrictions salariales sur les travailleurs du secteur public. Année après année, on a exigé de ces travailleurs qu’ils se serrent la ceinture et qu’ils fassent plus avec moins pour ne pas aggraver la dette. Cette fois, le gouvernement demande à ces travailleurs d’accepter un gel de salaire pendant un an et de maigres augmentations de 1% pour les trois années suivantes. Le pouvoir d’achat et la capacité de participer à l'économie des travailleurs  du secteur public fond à vue d’œil alors que les prix augmentent plus rapidement que leur salaire.

Résultat : Une grave crise de recrutement et de rétention menace le service public.

Dans tous les secteurs, il est de plus en plus difficile de recruter et de retenir les travailleurs en raison des salaires et conditions de travail qui n’arrivent plus à compétitionner avec les autres provinces. Avec les effectifs en chute constante et la charge de travail qui augmente, notre service public tient par la volonté de ceux qui ont le courage de rester.

L963_chart_FR
L963_chart_FR

press to zoom
L1190_chart_FR
L1190_chart_FR

press to zoom
L5026_chart_FR
L5026_chart_FR

press to zoom
L963_chart_FR
L963_chart_FR

press to zoom
1/11

La situation ne peut plus continuer ainsi, il est temps que le gouvernement reconnaisse l’ampleur de la crise qui pèse sur le secteur public et sur les services vitaux qu’il donne à la population. La solution est simple, il faut augmenter les salaires pour redevenir compétitif avec les autres provinces.

Pour y arriver, un choix tout aussi simple s’impose, il faut arrêter de lancer notre argent dans de grosses entreprises qui refusent de payer leur juste part d’impôt pour financer les services publics qui ont contribué à leur fortune et investir dans les gens d’ici. Il est temps de bâtir une économie de la base au lieu d’attendre les miettes du haut.

Ce gouvernement pousse le secteur public à ses limites, nous devons donc riposter avant qu'il ne soit trop tard. Nous nous battons pour l'avenir des services publics; nous nous battons pour l'avenir du Nouveau-Brunswick.

cupe-new-brunswick.jpg
 
image_2021-08-14_224955.png

Pour en savoir davantage sur la situation des travailleurs du secteur public, vous pouvez consulter notre dernière édition du journal Le Signal disponible au lien suivant: issuu.com/cupenbscfp/docs/le_signal 

Courez la chance de gagner une carte-cadeau d'Alcool NB ou un joli panier de produits du Nouveau-Brunswick. 

Pour participer au concours, vous devez compter le nombre de fois où le mot «salaire» apparaît dans le journal. Ensuite, veuillez envoyer votre réponse et vos coordonnées à l'adresse électronique suivante : 

Fairwages@gmail.com

Si vous êtes l'un des heureux gagnants, un membre du SCFP NB entrera en contact avec vous pour vous remettre votre prix. 

Concours.png
image_2021-08-17_213514.png